fb athe twitter athe

Partager cet article avec :

Agenda

  • {socialbuttons}
Télécharger au format iCal
x
Atelier théâtre
Début Samedi 21 Octobre 2017 -  10:00
Fin Dimanche 22 Octobre 2017 - 17:00

Du texte à la scène : une plongée au cœur de l'errance

Le travail de Maxime Contrepois, nourrit de cinéma et de photographie, se concentre autour d'écritures contemporaines. Sa prochaine création sera l'adaptation d'un texte du célèbre photographe et cinéaste Raymond Depardon, Errance.

À cette occasion, il propose à un groupe de volontaires d'intégrer le temps d'un weekend son laboratoire de recherche et d'éprouver avec lui la traversée des différentes étapes qui composent son travail de création : travail dramaturgique à la table autour des notions d'errance et d'exil, découverte du texte de Depardon, quels enjeux scénographiques, de jeu et de mise en scène particuliers quand il s'agit d'un texte non théâtral ?

Rencontre avec Maxime Contrepois

Mardi 3 octobre à 18h30
Présentation de visuels, vidéos et textes. Laissez infuser jusqu'au 21 octobre et vous êtes prêts pour l'atelier !

Atelier

Samedi 21 & dimanche 22 octobre 2017 de 10h-13h et 14h-17h
GRATUIT
sur inscriptions
Réservations : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / 03 80 39 52 20

Maxime Contrepois - Metteur en scène

Né en 1988, il suit des études en philosophie, cinéma et théâtre (il est spécialiste du théâtre de Matthias Langhoff) et est assistant à la mise en scène auprès d'Irène Bonnaud (2008), Jacques Nichet (2009), Benoît Lambert (2010-2011), Matthias Langhoff (2013), Marcial Di Fonzo Bo (2014 et 2015) et Jean-François Sivadier (2016). Il s'occupe pendant 16 mois, entre septembre 2011 et décembre 2012, des écritures et de la dramaturgie pour le secrétariat général de la Comédie de Reims.
Parallèlement à son activité d'assistanat il fabrique ses propres objets et, la maquette de sa première création, Erwin Motor, Dévotion, de Magali Mougel, est présentée dans le festival « Péril Jeune », à Confluences (Paris – novembre 2014) puis à La Loge (Paris – avril 2016). En 2016, dans le cadre de l'Aide au compagnonnage du Ministère de la Culture et de la Communication (DGCA) qu'il obtient avec Jean-François Sivadier, Maxime Contrepois initie son deuxième spectacle, Anticorps d'après Dina de Magali Mougel. Le spectacle est produit en partenariat avec le Théâtre National de Bretagne et créé à l'Aire Libre à l'occasion de l'édition 2016 du Festival Mettre en Scène. Il est joué 18 fois lors de la saison 16-17 : à L'Aire Libre (35), à Théâtre Ouvert (75), à l'Association Bourguignonne Culturelle (21), au Théâtre du Colombier (93) et à la Comédie de Caen (14).

Le Beau Danger - la compagnie

"Je crée Le Beau Danger fin 2012 alors que je pars pour la Roumanie où j'assiste Matthias Langhoff à la mise en scène. Notre collaboration, qui est venue aboutir deux ans de recherche sur son œuvre, a été une expérience décisive et matricielle : le théâtre a toujours vocation à donner à voir des états de l'humain face à des états historiques et politiques du monde.
J'ai alors engagé mon travail de mise en scène avec Erwin Motor, Dévotion de Magali Mougel, une réécriture aux accents mülleriens des Liaisons dangereuses de Laclos. Les enjeux du roman épistolaire et du Quartett d'Heiner Müller subissent une transposition radicale : nous voilà projetés dans une usine de pièces d'automobiles détachées sur laquelle plane la délocalisation en Pologne. L'envie était de raconter comment les sociétés dans lesquelles on vit, comment les mécanismes économiques et sociaux broient les relations entre les êtres et les poussent pour survivre, parce que les situations deviennent intolérables, à enchaîner des actes, tentatives de révolte, qui les conduisent à la monstruosité. Ce premier projet disait comment la machine historique, les rapports de pouvoir et de désir nous font balancer entre humanité, animalité et monstruosité.
Avec Anticorps, d'après Dina de Magali Mougel (2016) et avec la création à venir du Village en flammes de R.W. Fassbinder (création 2019-2020), je continue à radiographier les mécanismes qui broient les relations entre les êtres, qui nous poussent à rester à la surface du monde, à vouloir cacher l'obscène, à s'accommoder des scandales, à accepter les brutalités, les inégalités, les injustices ; donc à les favoriser.
Faire le choix d'adapter Errance de Raymond Depardon c'est faire un pas de côté puisqu'il s'agit de concevoir un dispositif pour un monologue qui n'est pas un texte dramatique, mais c'est aussi faire suite à mes précédentes mises en scène en continuant à préciser mon langage théâtral et à creuser les questions d'identité et de métamorphose, cette fois par le prisme de l'errance. Au fond, ce qui me tient toujours, c'est d'inventer des espaces à l'intérieur desquels on puisse explorer cette question politique essentielle : comment s'emparer de son destin ?"
Maxime Contrepois - juin 2017

La compagnie Le Beau Danger est implantée en Côte-d'Or (21), région Bourgogne – Franche- Comté, depuis sa création en 2012. Maxime Contrepois porte un travail proche du cinéma où le frottement du texte et des images scéniques raconte quelque chose des sociétés dans lesquelles nous vivons.

Lieu atheneum, centre culturel de l'université de Bourgogne

Retour